UEMOA : la BCEAO donne son quitus pour l’émission de la version électronique du Franc CFA

La Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (BCEAO) est favorable à l’émission de la version numérique du Francs CFA. Elle vient de donner son autorisation suite à la volonté des pays membres de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA), d’émettre des moyens de paiement électronique conformément à ses dispositions.

Les opérations d’achat et de transactions seront bientôt possibles avec le E-CFA. La Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) a donné son feu vert pour l’émission de la version électronique du Franc CFA au sein de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA).

« Les autorités de la Banque centrale ont marqué leur accord pour l’émission de carte prépayées par les trésors publics nationaux », annonce un guide rendu public par les services de la BCEAO. Le document s’appuie sur les dispositions des articles 42 et 131, du 19 septembre 2002 relatifs aux systèmes de paiement dans les Etats membres de l’UEMOA pour donner son quitus.

Lire aussi :

Visiblement, ces dispositions accordent dans les huit Etats membres de l’Union qui utilisent le Franc CFA, « la possibilité aux Trésors publics de promouvoir l’utilisation des cartes de paiement et de retrait, du porte-monnaie électronique et du télépaiement ainsi que de tout autre procédé et instrument moderne de paiement ». L’émission de E-CFA permettrait une meilleure traçabilité, et dès lors un meilleur contrôle des flux financiers. Données personnelles précieuses pour les États, notamment dans la lutte contre la fuite de capitaux ou le blanchiment d’argent, mais également dangereuses pour la vie privée des citoyens.

Par ailleurs, la Banque centrale tient à mettre ses gardes fours. Ainsi, l’utilisation du E-CFA est limité pour les « bénéficiaires des allocations publiques de l’Etat (les fonctionnaires, boursiers, retraité, etc) ». Il faut dire que cette décision de la BCEAO fait suite à la requête de plusieurs pays membres de l’UEMOA, d’émettre des moyens de paiement électroniques, conformément à la réglementation en vigueur. Mais également aux initiatives du Ghana et du Nigeria de lancer leur monnaie électronique.

Ronie Floride AGAMMA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici