Burkina Faso : Le Trésor public rejoint l’ère du paiement numérique

(Trésor public au Burkina Faso) – Madame Idani, agent du Trésor depuis plusieurs années se rend en mission officielle au Sénégal. Elle est très satisfaite de recevoir son per diem sur sa carte prépayée Yennenga plutôt qu’avoir à voyager comme précédemment avec des espèces, source de stress doublée du risque de perte ou de vol. La carte lui permet d’effectuer des retraits auprès de guichets bancaires sur l’étendue du territoire de l’Union économique et monétaire ouest- africaine (UEMOA), composée de huit états membres, grâce au label GIM-UEMOA, et d’effectuer des achats dans les grandes surfaces acceptant les règlements sur terminaux de paiements électroniques (TPE). Et en cas de perte de la carte, il suffit d’appeler un numéro pour bloquer les transactions. L’ensemble des fonctionnaires du Burkina, à commencer par ceux du Trésor, vont également bénéficier de cette facilité de paiement.

Cette connexion entre le monde du paiement public et le secteur privé grâce à la technologie digitale, a changé la vie des agents du Trésor au Burkina Faso. Avec le soutien du Projet d’appui à l’inclusion financière et l’accès au financement des petites et moyennes entreprises (PAIF-PME) financé par la Banque mondiale, la Direction nationale du Trésor et de la comptabilité publique s’est modernisée et a fait son entrée dans le digital. Grâce au PAIF-PME, le Trésor est connecté au système de transfert automatisé de règlement (STAR-UEMOA) et au système interbancaire de compensation automatisée (SICA-UEMOA) permettant de digitaliser les processus de compensation des chèques et d’effectuer des virements électroniques. Le Trésor se trouve également connecté aux mêmes plateformes régionales de paiement que l’ensemble des banques de la zone UEMOA. En un clic de souris, les délais de traitement des paiements sont passés de 3 jours à moins de 24 h. La compensation automatisée des chèques et les virements électroniques sont les étapes initiales vers le paiement numérique.

Le projet a également permis au Trésor de se connecter au système interbancaire monétique régional (GIM-UEMOA) et ainsi émettre, au profit des bénéficiaires, des cartes bancaires prépayées utilisables dans l’ensemble des guichets bancaires de la zone UEMOA. Ces cartes visant à diminuer l’utilisation des espèces, sont utilisées pour l’instant pour les per diem mais l’objectif est de les étendre à d’autres flux de paiement. En plus de la connexion à GIM-UEMOA, le projet d’inclusion financière soutient également l’acquisition de TPE solaires pour les postes éloignés du Trésor.

Avec les crises successives dans le pays, plusieurs banques et institutions de microfinance ont fermé leurs réseaux et points de services dans les zones de fragilité. Du côté de la demande, nombre de comptes sont devenus inactifs en raison des déplacements internes et de la perte des pièces d’identification et des références bancaires des titulaires. Ces facteurs ont contribué au recul des indicateurs d’inclusion financière du Burkina Faso.

Lire aussi :

En effet, selon le Findex sur la période 2014-2017 le Burkina avait enregistré la plus grande augmentation d’adultes possédant un compte dans l’UEMOA, soit +29 % (de 14 % à 43 %), grâce au Mobile Money. Au fur et à mesure que la crise sécuritaire s’est intensifiée, la tendance s’est partiellement inversée avec le nombre d’adultes titulaire d’un compte passant de 43 % à 36 % entre 2017 et 2021.

Lorsque le gouvernement digitalise ses services financiers notamment les paiements, les populations adoptent ce canal en plus grand nombre, ce qui a un impact positif sur l’inclusion financière. Ainsi, en plus des cartes bancaires et des TPE, le projet soutient la modernisation informatique du Trésor pour faciliter le déploiement de sa plateforme de paiement intégré. Cette plateforme intègrera l’ensemble des moyens de paiements existant du Trésor et permettra d’effectuer des règlements via Mobile Money qui agit comme la locomotive de l’inclusion financière au Burkina et sur l’ensemble de la zone UEMOA.

Le projet appuie également la digitalisation des paiements de pensions et des frais de douanes. À ce jour, les plus de 4 000 retraités qui recevaient leur paiement en espèces sont maintenant payés via Mobile Money. Quant à la douane, la plateforme de paiement intégrée eDouanes officiellement lancée en décembre 2023 doit permettre le règlement des frais de douanes par les usagers avec tous les moyens de paiement y compris Mobile Money.

L’accompagnement du PAIF-PME vers la digitalisation des paiements du gouvernement à travers l’adoption des moyens de paiement tels que les cartes bancaires ou Mobile Money, a permis une meilleure fluidité dans l’exécution des transactions, moins de manipulation d’espèces et surtout plus de transparence dans les processus de paiement. La digitalisation des paiements du Trésor, des pensions et de la douane est un premier pas. Il reste d’autres flux de paiement du gouvernement à digitaliser pour permettre à davantage de personnes des gains de temps et d’argent, de renforcer l’inclusion financière et également de réduire les coûts supportés par le gouvernement pour effectuer ces paiements.


Source :blogsworldbank.org

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici