Terres et mines : la Banque mondiale apporte un soutien de 150 millions de dollars au Burkina Faso

0
44

Vues : 0

La Banque mondiale a approuvé mardi 29 juin 2021, un montant de 150 millions de dollars de l’Association internationale de développement (IDA) en faveur du projet Renforcement de la Gestion foncière et des Mines du Burkina Faso. Ce financement vise non seulement à améliorer l’efficacité des services fonciers et miniers, mais à lutter contre les conflits, la pauvreté et permettre une prospérité partagée.

Au Burkina-Faso, les secteurs foncier et minier ont reçu de nouvelles ressources financières. La Banque mondiale a approuvé mardi 29 juin 2021, un financement de 150 millions de dollars de l’Association internationale de développement (IDA) en faveur du projet de renforcement de la gestion foncière et des mines.

Maimouna Mbow Fam, responsable des opérations de la Banque mondiale pour le Burkina Faso, estime que cette nouvelle opération soutiendra le développement et la bonne gouvernance des secteurs foncier et miner. « Cela devrait se traduire par la promotion du développement rural et de la planification urbaine, le renforcement de la transparence et une participation citoyenne accrue dans la gestion et l’administration de ces deux secteurs », explique-t-elle.

Les fonds alloués par la Banque mondiale serviront, à améliorer l’efficacité des services fonciers et miniers, à renforcer la sécurité foncière dans certaines municipalités et à favoriser un partage inclusif des avantages de l’exploitation minière. «Le projet devrait permettre de moderniser et d’assurer la transformation digitale de l’administration burkinabè principalement au bénéfice des acteurs publics et privés, des citoyens et des usagers avec une attention particulière à l’autonomisation des femmes dans le contexte du changement climatique », assure le chef d’équipe du projet à la Banque mondiale, Boubacar Bocoum.

Ce projet permettra aux burkinabés de connaître une amélioration des services et des institutions du secteur foncier et des mines par la réduction des conflits fonciers, le perfectionnement de l’exploitation minière. Ainsi, seuls les principaux bénéficiaires des résultats liés aux activités foncières du projet seront d’une part les détenteurs de droits fonciers. Il s’agit des individus, les collectifs et au moins 30% de femmes tant dans les zones périurbaine et rurale que dans les périmètres urbains.  Sans oublier, les fournisseurs de biens et services miniers et les communautés locales des zones d’exploitation minières.

Ronie Floride AGAMMA

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here