Céréales, tubercules, ananas et acajou : Les productions de la campagne 2023-2024 au Bénin

(Statistique agricole) – La campagne agricole 2023-2024 au Bénin a été caractérisée par une impressionnante production céréalière, une croissance significative dans le secteur des racines et tubercules, ainsi qu’une évolution constante dans les cultures industrielles. Les chiffres publiés par la Direction de statistique agricole (DSA) du ministère de l’Agriculture de l’Élevage et de la Pêche révèlent une année marquante pour le secteur agricole béninois.

Selon les données de la Direction de statistique agricole (DSA) du ministère de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche, la production céréalière a atteint des sommets avec une production totale de 2 737 481 tonnes, dépassant largement la moyenne des cinq dernières années. Cette augmentation est principalement attribuée à une expansion des superficies cultivées, compensant une baisse globale des rendements. Le maïs a été le principal moteur de cette croissance, représentant plus de 75% de la production céréalière avec une production de 2 059 254 tonnes, soit une hausse de 27,1% par rapport à l’année précédente. Cependant, malgré ces succès, certaines cultures ont rencontré des défis. La production de riz a diminué de -6,2% par rapport à 2022, bien que restant au-dessus de la moyenne des cinq dernières campagnes. De même, le fonio a enregistré une baisse considérable, soulignant la nécessité de soutenir ces cultures vulnérables malgré les avancées globales.

Tubercules, racines et autres

La production de racines et tubercules a également connu une croissance, atteignant près de huit millions de tonnes. L’igname et le manioc demeurent les principaux contributeurs à ce groupe de cultures, représentant respectivement 27,3% et 36,6% de la production totale vivrière. Cette augmentation de 3,0% par rapport à la campagne précédente souligne l’importance croissante de ces cultures dans le paysage agricole béninois.

Parallèlement, la production de légumineuses, de légumes maraîchers et de cultures industrielles a aussi affiché une croissance fulgurante. La production de légumineuses a augmenté pour atteindre 845 577 tonnes, portée par une forte production de soja. La production maraîchère a été estimée à 717 365 tonnes, avec un accent sur les légumes feuilles et les légumes fruits.

L’ananas, un pilier de la croissance agricole

Depuis 2018, la production d’ananas au Bénin est en croissance constante, passant de 374 601 tonnes à une impressionnante 477 428 tonnes en 2023. Cette évolution représente une croissance moyenne annuelle de 5,2%, avec un pic remarquable de 16,2% en 2022. Cette expansion est soutenue par une amélioration des rendements, atteignant une moyenne de 62 272 kg par hectare avec une croissance annuelle moyenne de 4,3%.

Lire aussi:

Les données révèlent également une distribution étendue des producteurs d’ananas à travers le pays, avec une concentration significative dans le département de l’Atlantique. De plus, la variété Pain de sucre domine largement la production, représentant 86,81% des superficies plantées. Cependant, une proportion croissante de superficies est dédiée à la production d’ananas bio, témoignant d’une sensibilisation croissante à l’agriculture durable.

La fulgurante ascension de l’anacarde

L’anacarde, autre culture phare du Bénin, a également enregistré une croissance spectaculaire au cours des dernières années. En 2023, la production d’anacarde a atteint 203 844 tonnes, en progression de 9,0% par rapport à l’année précédente. Cette tendance à la hausse est constante depuis 2018, avec une augmentation globale de 56,5% sur cinq ans.  

La filière de l’anacarde joue un rôle crucial dans la diversification agricole du Bénin, avec des impacts significatifs sur l’économie nationale. Les activités de production, de transformation et de commercialisation de la noix de cajou contribuent à renforcer la résilience du secteur agricole et à stimuler les revenus des communautés rurales.

Dans le secteur animalier, la dynamique n’a pas changé. La production halieutique a enregistré une hausse notable après plusieurs années de baisse, atteignant 88 678 tonnes en 2023. De même, l’effectif du cheptel bovin a augmenté de 9,3%, tandis que le nombre de têtes de volailles a également augmenté.

Le Bénin, un acteur important sur la scène agricole mondiale

Les exportations de produits agricoles du Bénin ont dépassé la moyenne des années précédentes, représentant 75,4% de la valeur totale des exportations du pays en 2022. Cependant, la balance commerciale agricole reste déficitaire, ce qui souligne l’importance de développer des stratégies pour accroître les exportations et réduire les importations. Le coton demeure le principal produit d’exportation du Bénin, représentant près de 86% de la valeur totale des exportations agricoles en 2022. Bien que d’autres produits, tels que le riz et l’anacarde, montrent une croissance significative, le pays reste dépendant de l’extérieur pour couvrir ses besoins alimentaires, en particulier en ce qui concerne le riz.

En outre, le rapport de la Direction de la Statistique Agricole met en lumière les défis persistants en matière d’autosuffisance alimentaire. Malgré une production halieutique nationale suffisante à hauteur de 40% des besoins de consommation intérieure, le Bénin reste tributaire des importations pour couvrir une grande partie de sa demande en riz et en viande.

Le taux d’autosuffisance en riz, bien que croissant, reste encore faible, avec plus de 70% des besoins de consommation dépendant de l’extérieur. De même, la production nationale de viande ne couvre que 42,2% des besoins, soulignant la nécessité de renforcer les capacités de production locale pour réduire la dépendance aux importations.

Dèlofon T. HOUETOHOSSOU

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici