Soutien à la résilience économique : le FMI va décaisser près de 135 milliards FCFA au profit du Sénégal 

Le Sénégal va bénéficier d’une enveloppe de 216,8 millions de dollars, soit près de 135 milliards FCFA de la part du Fonds monétaire international (FMI) pour soutenir la dynamique de la croissance économique du pays. L’information a été portée, le 19 mai dernier par un communiqué de l’institution basée à Washington.

Soutenir la croissance économique du Sénégal déjà, « très dynamique du Sénégal » en 2022. C’est l’objectif du Fonds monétaire international (FMI) qui a annoncé, le 19 mai dernier, un décaissement de 161,8 millions de Droit de Tirage Spécial (DTS), soit environ 216,8 millions de dollars ou près de 135 milliards FCFA au profit du pays.

Lire aussi:

Cet appui financier va d’après les informations de l’institution de Breton Woods, permettre aux pouvoirs publics sénégalais de faire face aux chocs exogènes engendrés par la flambée des cours mondiaux des produits pétroliers et des denrées alimentaires. Il s’agira également pour le Sénégal, de disposer de ressources additionnelles nécessaires pour  répondre aux besoins socioéconomiques urgents dans le secteur de l’énergie ainsi que la mise en place d’un dispositif de soutien ciblé aux couches les plus vulnérables de la population.

Le financement intervient après la signature d’un accord entre les services du FMI et les autorités sénégalaises sur l’augmentation de l’accès au financement au titre de l’accord de confirmation et de la facilité de crédit de confirmation. C’est au titre de la cinquième revue du programme appuyé par l’Instrument de coordination de la politique économique et sur les deuxièmes revues au titre de l’Accord de confirmation et de la Facilité de crédit de confirmation.

Lire aussi:

En attendant l’approbation du Conseil d’Administration du FMI au cours de l’examen prévu fin juin 2022, ces nouvelles ressources devraient permettre au gouvernement de continuer les reformes afin d’atteindre cette année, une croissance du PIB réel à environ 5% contre 5,5% initialement prévu. A cet effet le déclin enregistré, selon les services du FMI, est imputable au ralentissement de l’activité économique avec ses partenaires commerciaux dont le Mali qui est sur le coup des sanctions de la CEDEAO.

Ronie Floride AGAMMA

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here