« C’est la lumière qui fait le développement ! » : l’électricité fournie à la ville de Sèmè- Kpodji au Bénin permet à Fatima Hounkanrin de poursuivre son petit commerce en soirée

(Fonds Africain de développement) – La nuit est tombée sur Sèmè- Kpodji, ville bouillante qui borde l’océan Atlantique, au sud-est du Bénin. De nombreux citadins vaquent encore à leurs occupations, comme Fatima Hounkanrin, la trentaine, qui tient un petit commerce. Son activité se poursuit désormais dans la nuit grâce à l’éclairage public et ses articles – constitués essentiellement de produits de première nécessité : savon, tomate, piment et quelques paquets de sodas – attirent encore quelques clients. « Avant, nous n’avions pas d’éclairage dans la zone et nous arrêtions de vendre la nuit tombée. Aujourd’hui avec l’électricité, nous sommes aidés et nous sommes très contents. Nous pouvons mener notre commerce jusqu’à tard dans la nuit », se réjouit la jeune dame, jetant de temps en temps un coup d’œil furtif sur son téléphone portable à peine chargé.

«Nous remercions vivement nos bienfaiteurs pour ce qu’ils font pour nous », poursuit- elle et d’ajouter : « Il y a des localités qui n’ont pas encore pu bénéficier des bienfaits de ce projet, nous vous prions de penser à eux, car c’est la lumière qui fait le développement », plaide-t-elle.

« Il y a quelques jours, des agents de la SBEE sont venus s’entretenir avec nous. Ils nous ont informé qu’un projet était en cours d’exécution et il allait nous fournir de l’électricité. Peu de temps après, cela s’est réalisé et nous en sommes tous très heureux. Nous remercions les bailleurs pour ce bonheur qu’ils nous procurent », salue de son côté, Bertrand Éric Lokossou, un résident de Sèmè- Kpodji.

« Les demandes de compteurs ne trainent plus comme autrefois, la pose des compteurs ne prend plus de temps. C’est une bonne avancée et nous en sommes très heureux », se félicite encore ce père de famille.

Bertrand Éric Lokossou, heureux de disposer de compteurs électriques à la maison. 

Martine Adonon, épouse Padonou, et sa famille ont utilisé pendant de longues années des lampes réchauds et des lampes solaires avec beaucoup de peine. « Le courant était faible. Entre-temps, nous avons dû solliciter un de nos lointains voisins pour qu’il nous partage son courant parce que nous n’avions pas les moyens pour le branchement. Cela n’a pas été facile du tout. Il y avait de fréquentes baisses de tension et des coupures presque permanentes au point où la vieille dame qui est avec moi à la maison s’était cogné la tête un jour suite à une coupure. Elle a eu très mal et on a dépensé beaucoup d’argent pour ses soins. Heureusement que le projet d’électrification a pensé à nous en permettant que nous disposons aujourd’hui du courant en permanence avec notre propre compteur. Nous rendons gloire à Dieu », raconte Martine.

Lire aussi:

Fatima, Éric et Martine font partie des premiers bénéficiaires du Projet de restructuration et d’extension du système de répartition et de distribution de la Société béninoise d’énergie électrique (SBEE). Le projet, financé grâce à un prêt de 9,08 millions de dollars américains et un don de 7,28 millions de dollars du Fonds africain de développement (FAD), a bénéficié aussi d’un prêt de 17,79 millions de dollars de l’Agence française de développement pour sa mise en œuvre. Le gouvernement béninois a contribué pour 3,68 millions de dollars à travers la SBEE, l’entreprise publique responsable de la distribution et de la commercialisation de l’électricité au Bénin.

Lancé en 2018, le projet, qui s’achèvera à la fin 2024, vise à accroître l’accès à l’électricité au Bénin spécifiquement dans les villes et environs de Cotonou et de Porto-Novo, les deux principales villes du pays, mais aussi dans des villes secondaires comme Abomey, Bohicon et Lokossa. L’autre objectif du projet est d’améliorer la qualité de la fourniture d’électricité et de réduire les pertes d’énergie dans les réseaux de répartition de la SBEE, évaluées à 23 % en 2015.

Depuis son démarrage jusqu’en mars 2024, le projet a permis de placer environ 1 545 poteaux haute tension et 1 378 poteaux basse tension. Les travaux de renforcement des sous-stations de 63/15 kilovolts existantes à Akpakpa et à Gbégamey à Cotonou. Le projet a aussi réalisé des travaux de renforcement et d’extension des réseaux de distribution de haute tension/basse tension à Cotonou, Sèmè-Podji, Porto-Novo, Akpro-Missérété (lot 1) et à Lokossa, Dogbo, Toviklin, Djakotomey, Klouékanmè, Abomey, Bohicon, Zogbodomey (lot 2).

Vissi Arnaud Adikpeto, coordonnateur du projet a précisé : « À terme, le projet assurera une alimentation électrique fiable aux habitants des treize communes concernées et de leurs périphéries, y compris aux établissements scolaires, aux centres de santé, ainsi qu’aux entreprises commerciales et industrielles. Les ouvrages à moyen terme permettront à la SBEE de compter 40 000 nouveaux abonnés supplémentaires, incluant au moins 51 % de femmes ».

« Concernant les sous-stations, les travaux de génie civil sont achevés. Tout le matériel de fabrication étrangère est fabriqué, les essais en usine sont effectués et les matériels sont réceptionnés sur site, explique Éric Prégnon, le chef du projet à la Banque africaine de développement. Une fois que les sous-stations seront opérationnelles, que le reste des poteaux ainsi que des compteurs auront été installés, le projet aura atteint son objectif ».

Source : afdb.org

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici