Mois du « Consommons local » au Bénin : les opportunités dans la filière élevage exposées aux entrepreneurs

Le Ministère du commerce et d’industrie du Bénin, a initié au profit des entrepreneurs locaux, une séance d’information sur les « Perspectives du projet de sédentarisation des troupeaux de ruminants ». Cette rencontre, qui s’inscrit dans le cadre des activités au programme du mois de la consommation locale, s’est déroulée le vendredi 14 octobre 2022, à la salle de conférence de la Chambre d’Industrie et de Commerce du Bénin (CCIB).

Le projet de sédentarisation des troupeaux de ruminants a entre autres pour objectifs, d’attirer des investissements des entrepreneurs dans la filière élevage. Les échanges à la rencontre avec les investisseurs et potentiels investisseurs, ont porté sur les améliorations de la production élevage et comment profiter des opportunités qu’offre aujourd’hui le secteur.

L’assistance à la séance

« Hier, nous avions des bêtes qui ne donnent qu’un litre de lait. Maintenant, nous disposons des bœufs qui nous permettent d’avoir deux à trois litres de lait. Ce qui améliore le revenu de l’éleveur », a confié Aboubacar Alfa Tidjani, Président de l’association nationale des organisations professionnelles d’éleveurs de ruminants (ANOPER) et Chargé de mission du chef de l’État auprès des éleveurs de bovins. Selon son explication, avec les géniteurs actuels, le secteur élevage aura des bœufs en forme qui seront de bonnes viandes pour les consommateurs. « C’est une opportunité qui s’offre à tout le monde. Commençons pour le moment avec ce qu’on a », a-t-il indiqué.

Lire aussi:

A sa suite, Roukayath Chabi Toko, Coordinatrice du Projet de sédentarisation des troupeaux de ruminants au Bénin, a précisé que le projet va faire augmenter la productivité des ruminants. A l’en croire, le fait qu’il y ait plus de viande et de lait, va créer des opportunités au niveau des industries locales. Ces industries produiront le fromage et/ou du yaourt et mettront à la disposition du consommateur de la viande de bonnes qualités. « Les opportunités d’affaires existent et il faut les saisir », a-t-elle conseillé ajoutant qu’il y a, un certain nombre d’accompagnement des banques pour permettre aux investisseurs d’investir dans cette filière porteuse pour l’économie béninoise.

Sandric DIKPE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here