Mali : une programmation budgétaire et économique pluriannuelle 2023-2025

Sur le rapport du ministre de l’Economie et des Finances Alousséni SANOU, le Conseil des Ministres du 06 mai 2022 a pris acte d’une communication relative au Document de Programmation budgétaire et économique pluriannuelle sur la période 2023-2025.

Le document de programmation budgétaire et économique pluriannuelle permet au Gouvernement d’informer l’Assemblée Nationale sur l’évolution des finances publiques et de partager les objectifs, les orientations et les contraintes de la politique budgétaire à moyen terme. Cet instrument qui s’étend sur la période 2023-2025 s’appuie sur les orientations stratégiques définies dans le Cadre Stratégique pour la Relance Economique et le Développement durable, les actions contenues dans le Programme d’Actions du Gouvernement de Transition adopté par le Conseil national de Transition et les recommandations des Assises Nationales de la Refondation.

Lire aussi:

Il est établi sur la base d’une prévision de croissance réelle de 5,3% en moyenne entre 2023 et 2025 et un taux de pression fiscale en moyenne de 16,6%. La politique budgétaire sera soumise à des contraintes multiples, notamment la nécessité de se conformer aux critères de convergence communautaire de l’UEMOA et de la CEDEAO ainsi que la mise en œuvre des engagements pris avec le Fonds Monétaire International dans le cadre du Mémorandum de Politiques Economiques et Financières.

Téléchargez notre application dans Playstore

Les dépenses seront orientées vers la prise en charge des engagements du Gouvernement pour lesquels la priorité sera accordée, en termes d’allocations budgétaires, tels que : la poursuite du renforcement des capacités opérationnelles des forces de défense et de sécurité ; l’organisation des élections générales ; le renforcement du système judiciaire ; le maintien des efforts budgétaires en faveur de l’agriculture et de l’investissement ; le renforcement des dépenses sociales et de développement prioritaire; l’amélioration des conditions de vie des travailleurs ; l’opérationnalisation des nouveaux services publics issus des nouvelles régions ; la contribution budgétaire de l’Etat à la mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger; l’amélioration de la déconcentration et de la décentralisation budgétaire.

Adama TRAORE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here