Arrêtés à la station terminale du pipeline au Bénin : Les 03 Nigériens condamnés… peuvent rentrer au bercail

(Justice au Bénin) – Après la relaxe de 02 d’entre les 05 arrêtés à la station terminale du pipeline pétrolier Niger – Bénin à Sèmè Kpodji, les 03 Nigériens maintenus dans les liens de la justice béninoise étaient hier à nouveau devant le Procureur Spécial près la Cour de Répression des Infractions Economiques et du Terrorisme (CRIET)…

Ils ont été condamnés mais ils peuvent rentrer au Niger. Au cours de l’audience, le ministère public a requis 18 mois de prison avec sursis contre les trois ressortissants nigériens poursuivis pour « fausse attestation et usage de faux attestation ». La Directrice générale adjointe de WAPCO Niger, Hadiza Ibra MOUMOUNI est poursuivie comme les autres pour complicité d’utilisation de fausses attestations. Car, les badges des prévenus au moment de leur arrestation portaient des informations inexactes, selon le ministère public. Après environ 06 h de débats, le magistrat a terminé son réquisitoire sur un ton d’humour et d’appel à la réconciliation, en souhaitant que la crise entre le Bénin et le Niger ne soit qu’une tempête passagère.

Lire aussi :

La défense constituée d’avocats béninois et nigériens. « Le pétrole ne nous divisera pas», a rebondi l’un des avocats nigériens de la défense. Les avocats des trois Nigériens ont plaidé une relaxe pure et simple. Pour eux, on ne saurait parler de faux badges, parce que ces documents ont été fournis à leurs clients par WAPCO.

Le juge a requalifié les faits de fausse attestation et usage de fausses attestations en usurpation de titres et usages des données informatiques falsifiées. Ainsi, il a abondé dans le même sens que le ministère public représenté par Armand HOUNGUE le substitut du procureur. Au final, la Directrice générale de WAPCO Niger, Hadiza Ibra MOUMOUNI et les inspecteurs pétroliers Mousbahou DANKANE et Ismaël CISSE ont été condamnés à 18 mois de prison avec sursis.

Le verdict prononcé, le juge a ordonné à la Brigade criminelle, le retour de leurs effets. Désormais, ils sont libres de leurs mouvements et peuvent retour au Niger en toute quiétude.

Pour rappel, dans la tension autour de la gestion du pipeline Niger- Bénin, ces 05 interpellations ont été faites au motif d’une introduction frauduleuse sur la station finale de l’oléoduc à Sèmè au Bénin. Ils seraient selon la justice béninoise des sbires du Conseil National de Sauvegarde de la Patrie (CNSP) commis pour espionnage. D’où on présume une tentative d’atteinte à la sureté du Bénin. Outré, le Niger a coupé l’alimentation du pipeline à partir de la station initiale à Koulele  (Agadem) et menace de saisir le juge du contentieux dans la gestion de ce contrat.

Manfoya HOUNGUE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici