Mbale KASEREKA, D.A Gorilla Coffee SARL : « Nous nous battons pour la transformation de produits alimentaires bio et vendus à un prix abordable en RDC»

(Gorilla Coffe SARL)En République Démocratique du Congo, le tableau du climat des affaires n’est pas reluisant. Mais cet environnement que la société Gorilla Coffee essaie de sortir la tête de l’eau malgré les embûches. Malgré les défis multiples, Gorilla Coffee s’est démarquée de la masse en s’imposant, dans les secteurs de l’agro- transformation, la protection de l’environnement et l’encadrement des jeunes. D. Mbale KASEREKA, son Directeur adjoint, s’est livré dans les colonnes de notre rédaction sans filtre.

Koriactu : En quelques mots, qu’est-ce que Gorilla Coffee SARL ?

Gorilla Coffee : GORILLA COFFEE SARL est une société créée en RD Congo en 2019. Elle œuvre sur l’ensemble du territoire national et ses activités ont une base solide dans le territoire de Rutshuru et dans la ville de Goma, ainsi que dans le territoire de kalehe. Ses activités champêtres cohabitent avec le parc national de Virunga où ont trouve les Gorilles de montagne et les agriculteurs tout autour. D’où le nom Gorilla coffee SARL. 

Quels sont les secteurs d’activités phares dans lesquels œuvrent votre société ?

Nous œuvrons dans le secteur  de l’agro- transformation du café, soja, haricot, maïs, Sorgho, piment et pomme de terre. Nous sommes également dans la protection de l’environnement, du tourisme, du logement, de la restauration et de l’encadrement des jeunes à travers des petits métiers comme la coupe couture et consorts.

Qu’est-ce qui vous aurait motivé pour mettre en œuvre Gorilla Coffee ?

Du café en cours de transformation…

Après avoir identifié la problématique de la non transformation des produits alimentaires en RD Congo et en particulier dans la province du Nord-Kivu,  l’environnement qui est détruit, la jeunesse non engagé et le manque des structures d’accompagnements des jeunes, notre vision a été et continue d’être de créer une entreprise qui va répondre aux besoins de la population à travers différents secteurs d’activités.

Comment faites- vous face à la situation sécuritaire qui prévaut dans l’est de la RD Congo ?

En réalité, le contexte sécuritaire actuel ne favorise pas le climat des affaires pour des jeunes entrepreneurs qui sont en besoin récurrent des matières premières venant de nos villages où la guerre sévit. Plusieurs cas de violences et de perte en vies humaines signalés parmi  nos membres agriculteurs. Sans oublier des taxes infligés et la non accessibilité aux champs

Avez-vous des réalisations dont vous êtes fiers ? Si oui, citez- en deux.

Nous sommes fiers d’avoir réalisé au sein de la société des avancées significatives comme la construction d’une station de lavage de café avec des machines appropriées pour produire le café de d’une qualité exceptionnelle.

Quels sont vos plus grands défis ?

Nos défis sont purement sécuritaires d’une part et de l’autre, liés au manque d’investisseurs faute de la guerre.

Lire aussi :

Quelles sont vos perspectives ?

Notre perspective est de devenir une très grande entreprise d’ici 5 ans qui sera capable de donner du travail aux jeunes désœuvrés et répondre aux besoins de la population. Comme notre devise le dit : le bien-être de la population est notre engagement, nous nous battons pour redorer la santé de la population congolaise à travers la transformation de produits alimentaires bio et vendus à un prix abordable.

Comment voyez- vous la Société Gorilla Coffee dans les cinq prochaines années ?

Notre objectif dans 5 ans est de devenir une entreprise qui prospère, répondant aux besoins de la population au niveau national et international.

Quel message adressez- vous au gouvernement ? Dans le cadre d’améliorer le climat des affaires.

…comme c’est le cas pour d’autres produits agricoles

Nous appelons le gouvernement à alléger les taxes et les impôts qui sont des fourgons pour les entrepreneurs et d’améliorer la situation sécuritaire pour favoriser la circulation des biens et services sur l’ensemble du territoire national. Nous recommandons également au gouvernement de créer une banque à l’entrepreneuriat en lieu et place des structures qui sont créées mais qui ne favorisent pas l’accès aux crédits.

Un mot de fin ?

Nous lançons un appel aux investisseurs et aux bienfaiteurs en vue  de venir chez-nous pour un travail d’ensemble dans le cadre de redorer l’image alimentaire congolais et de gagner de bénéfices ensembles.

Propos recueillis par Yenga Fazili wã BIREGEYA, Correspondant Afrique région Est et Centrale

2 Commentaires

  1. […] ce mardi 25 juin 2024 à Kinshasa, en République démocratique du Congo, le rapport d’achèvement du Projet d’appui au développement des micros, petites et moyennes entreprises (PADMPME) a été passé au peigne fin dans le cadre de sa validation avant sa mise en […]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici