Filière cajou : l’exportation de la noix brute interdite au Bénin, priorité à la transformation…

Le gouvernement du Bénin a mis une interdiction sur l’exportation du cajou brut. Cette interdiction qui sera effective dans un peu moins de deux ans, fait suite à la prise du décret N°2022-214 du 30 mars 2022 portant conditions de déroulement de la campagne de commercialisation 2021-2022 des noix de cajou.

En interdisant l’exportation du cajou brut à compter du 1er Avril 2024, le gouvernement du Bénin opte pour la réorganisation du secteur de l’anacardier dont le fruit (la noix de cajou) est le deuxième produit d’exportation après le coton. Selon les statistiques fournies, des 137.205 tonnes de noix de cajou brutes pesées au niveau des ponts bascules, seulement 11.045 tonnes ont fait objet de transformation au titre de la dernière campagne, soit 6,49% de noix de cajou transformées au Bénin.

Lire aussi:

Pour inverser la situation et replacer le cajou au centre de vastes projets de développement, le président Patrice Talon a, selon le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, Cossi Gaston Dossouhoui a pris deux dispositions majeures à savoir : l’installation d’au moins 20.000 hectares de nouvelles plantations à partir des plants performants d’anacardier et la réhabilitation de plus de 70.000 hectares d’anciennes plantations pour augmenter le potentiel de production. Ces dispositions ont pour objectif de faciliter non seulement la transformation sur place et accrue de la noix de cajou afin de booster la filière mais aussi, d’atteindre la capacité de consommation de 110 000 tonnes des noix de cajou à travers l’installation des unités dans la Zone économique spéciale de Glo-Djigbé. 

Il est à préciser que le décret est signé du Président Patrice Talon et sept ministres du gouvernement que sont : le Ministre d’Etat chargé de l’Economie et des Finances Romuald Wadagni, la Ministre de l’lndustrie et du commerce Shadiya Alimatou Assouman, le Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche Cossi Gaston Dossouhoui, le Ministre des infrastructures et des Transports Hervé Yves Hêhomey, le Ministre de l’intérieur et de la sécurité publique Alassane Seidou et le Ministre de la Décentralisation et de la Gouvernance locale Raphaël Dossou Akotègnon.

Sandric DIKPE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here