Production cotonnière 2023-2024 au Bénin : Prévisions moroses

(Coton) – Pour la campagne en cours, les prévisions tablent sur 550 000 tonnes. L’information est rendue publique, le vendredi 10 novembre dernier à Nikki. C’était à l’occasion du lancement, par le ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche, Gaston DOSSOUHOUI, de la campagne de commercialisation du coton-graine pour l’année 2023-2024. Avec ces prévisions, il ressort que le Bénin ne réussit pas à remonter la pente après la chute de sa production lors de la campagne précédente.

La campagne précédente avait été marquée par une chute considérable de la production, passant de 766 273 tonnes en 2021-2022 à 588 105 tonnes en 2022-2023. Le ministre Gaston DOSSOUHOUI a attribué cette baisse à plusieurs facteurs, notamment l’impact d’un insecte ravageur.

Les raisons de la chute à 550 mille tonnes en 2023-2024

Les prévisions de production ont chuté, selon l’autorité ministérielle, pour plusieurs raisons. Gaston DOSSOUHOUI a évoqué une pluviométrie capricieuse.  Il a également souligné la non-maîtrise du nouvel engrais SSP par les cotonculteurs comme un autre obstacle majeur.

Le président des cotonculteurs a ajouté une couche de préoccupation en mentionnant le mécontentement de certains agriculteurs qui ont décidé de boycotter la production cotonnière. Cette action a contribué à renforcer la baisse déjà remarquable de la production.

Lire aussi:

Malgré ces défis, le ministre a rassuré les acteurs du secteur sur sa vitalité et a exhorté chacun à contribuer à l’amélioration des résultats. Il a souligné la nécessité pour tous les acteurs du secteur de jouer leur rôle pour surmonter les obstacles et assurer le dynamisme continu du secteur du coton.

Les efforts du gouvernement

En conseil des ministres, le 14 juin dernier, les membres du gouvernement ont décidé de subventionner les producteurs à hauteur de 30 milliards de FCFA.  Cette décision est prise afin de réduire les prix des intrants agricoles aux acteurs. Ainsi, les prix de vente des engrais SSP et NPK, comme la campagne précédente, ont été maintenus à 14.000 FCFA le sac de 50 kg et à 3.500 FCFA ou 4.000 FCFA celui du flacon d’insecticide, selon le cas. En ce qui concerne les herbicides, ils ont été cédés à 3.500 FCFA, 7.500 FCFA, 7.011 FCFA ou 8.000 FCFA le litre selon qu’ils soient totaux, sélectifs ou précoces.

Quelques jours après la prise de ces mesures, des tournées de sensibilisation ont été effectuées afin de galvaniser les producteurs avec comme objectif de booster les rendements. « Je voudrais aussi vous annoncer que l’arrondissement qui aura le meilleur rendement à l’hectare sera primé », avait annoncé le ministre DOSSOUHOUI.

Les fruits non pas tenu la promesse des fleurs

Lors des tournées, certains acteurs ont pris des engagements pour produire davantage le coton. Selon les informations rapportées, à Banikoara, Tamou Gani BADOU, président de la Fédération nationale des coopératives villageoises des producteurs de coton (FN-CVPC), a déclaré : « Le résultat escompté sera atteint. Banikoara sera toujours la première commune productrice de coton au Bénin ».

Prix d’achat du coton-graine

Pour le compte de cette campagne de commercialisation, le Conseil des ministres a homologué les prix d’achat du coton-graine aux producteurs ainsi qu’il suit : coton-graine conventionnel : 300 FCFA/kg pour le 1er choix et 250 FCFA/kg pour le 2ème choix ; coton-graine biologique : 360 FCFA/kg pour le 1er choix et 310 FCFA/kg pour le 2ème choix. Enfin, les prélèvements destinés aux fonctions critiques sont fixés à 13 FCFA/kg de coton-graine et à 5 FCFA/kg de coton-graine pour la réserve stratégique.

Dèlofon T. HOUETOHOSSOU

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici