Cherté de la vie en Afrique : WADAGNI préconise des mesures pour l’accès aux produits de grande consommation

Le Ministre d’Etat béninois, chargé de l’économie et des finances, Romuald WADAGNI, a préconisé lors de son passage dans l’émission « Eco d’ici Eco d’ailleurs » sur RFI, des mesures pour un accès facile de la population africaine aux produits de grande consommation.

Pénurie des produits de grande consommation ou spéculation des prix de vente par les commerçants ? La solution préconisée par le Ministre Romuald WADAGNI pour faciliter l’accès de la population aux produits de grande consommation est de quatre types à savoir : le renoncement aux prélèvements fiscaux et douaniers pour permettre que le prix soit accessible aux populations, les subvention directes sur le gasoil, la réglementation et la surveillance du prix des produits fortement subventionnés et enfin, la mise en place de filets sociaux pour s’assurer que la partie de la population extrêmement pauvre ait accès au minimum pendant la période de crise. « Nous allons tenir le temps qu’il faudra, car il s’agit de la vie de nos populations. Quoi qu’il en coûte », a-t-il confié. 

Lire aussi:

En prélude à cette crise russo-ukrainienne, le gouvernement béninois a pris des mesures de prévention pour anticiper sur les effets de la COVID-19 en stockant des intrants pour l’agriculture. « Bien sûr, on ne savait pas, en décembre, quand nous faisions le budget, que la guerre surviendrait en février. Mais l’analyse macroéconomique, l’évolution des cours et les problèmes logistiques au niveau mondial, ont conduit le Bénin à anticiper », a-t-il notifié tout en précisant que la menace de famine vient essentiellement de l’absence d’intrants qui pourrait pénaliser la production agricole. Selon lui, les vraies difficultés viendront l’année prochaine.

Lire aussi:

Le Nigéria…

Sur la question de la relation bilatérale entre le Bénin et le Nigeria, le Ministre a affirmé que l’idée de la nouvelle dynamique de collaboration avec le Nigeria est simple : faire en sorte que le produit qui arrive au port de Cotonou pour le Nigeria puisse faire toutes les formalités sur place afin de fluidifier les relations commerciales. « Quand on parle contrebande, on parle du riz qui traverse la frontière vers le Nigeria, mais 80 % de l’essence vendue au Bénin vient illégalement du Nigeria. La réalité est que les deux pays ont conscience qu’il faut agir différemment », a-t-il précisé.

L’impact de la crise sanitaire

Toujours optimiste sur les Droits de tirage spéciaux (DTS) du FMI portant sur 100 milliards de dollars que pourraient céder les pays riches aux pays en développement qui tarde à devenir effectifs, Romuald WADAGNI a estimé qu’après le Covid-19, la guerre en Ukraine a mobilisé les efforts de la communauté internationale. Une chose qui retarde l’effectivité des DTS au profit des pays en développement, « c’est une question de temps », a-t-il dit. Se prononçant sur la réforme du franc CFA, dont il est l’un des initiateurs en 2019, le Ministre a souligné que la réforme qui prévoyait la fermeture du compte d’opération auprès du Trésor français et le remplacement des représentants français dans les organes de gouvernance de la monnaie est aujourd’hui effectif. « Le passage du franc CFA à l’Eco n’a en revanche pas pu être mis en œuvre, d’abord en raison du Covid-19 et, maintenant, de la guerre en Ukraine », a-t-il expliqué.

Lire aussi:

Parlant de l’élection présidentielle de 2026 au Bénin, le Ministre WADAGNI répond : « Nous sommes à quatre ans de cette échéance. J’occupe une fonction qui demande beaucoup d’énergie. Il y a tellement à faire. Et je suis convaincu que quand je profite de chaque instant pour bien faire ce qui est attendu de moi, les opportunités s’ouvrent naturellement »

Sandric DIKPE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here