CEDEAO :  Une fenêtre pour contourner l’éventualité de visa pour les ressortissants de l’AES !

(CEDEAO) – Ce dimanche 07 juillet 2024 à Abuja, s’est tenu le 65ème sommet de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Cette rencontre qui se tient au lendemain de la création de l’Alliance des Etats du Sahel (AES) a été focus sur cette dernière confédération. L’éventualité de l’obtention de visa pour l’entrée des ressortissants de l’AES dans la CEDEAO si la désintégration était consommée n’a pas été passée sous silence à la conférence de presse d’après sommet.

Le Président de la Commission de la CEDEAO Dr Omar Alieu TOURAY n’a pas manqué de rappeler dans sa conférence de presse après le sommet que la CEDEAO est menacée par une désintégration à la suite de l’annonce de retrait des 3 pays membres que sont le Mali, le Burkina et le Niger.

Selon, lui, ce retrait, si cela se confirmait, pourrait avoir des conséquences inestimables sur tous les plans pour les citoyens de ces Etats membres notamment la difficulté de bénéficier des avantages de la libre circulation des hommes et des biens dans la sous-région ou encore l’obligation pour les citoyens de ne plus faire usage des passeports de la CEDEAO ou de la carte d’identité biométrique de la CEDEAO qui leurs offrent des facilités dans tous les Etats membres. A cela, s’ajouteront également d’autres conséquences sur les plans économique, commerciale et institutionnel. Il n’a pas oublié de rappeler que des discussions sont en cours pour une sortie de crise. « Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour empêcher la désintégration de notre région», a conclu Dr Omar Alieu TOURAY.

En clair, les citoyens des pays de l’AES pourraient être amener à se munir d’un passeport avec visa avant d’entrer dans les pays de la CEDEAO, si la désintégration étaient consommée. Ainsi la naissance aurait induit un changement géopolitique dans l’Afrique occidentale. La réciprocité au niveau de l’AES ne se ferait pas prier.

En 2011, la CEDEAO a commencé à mettre en œuvre l’ECOVISA, un visa qui permet aux visiteurs extérieurs à la CEDEAO d’accéder au territoire de tous les États membres de la CEDEAO.

Mais, il convient de noter que si cette exigence d’obtention de visa dans la CEDEAO venait à se réaliser, les ressortissants du Sahel pourront tout de même se déplacer librement au sein de cinq pays membres de la CEDEAO, qui sont également membres de l’Union économique et monétaire ouest- africaine (UEMOA) à savoir : le Bénin, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Sénégal et le Togo. En fait, le Traité du 10 janvier 1994 instituant l’UEMOA entré en vigueur le 1er aout 1994 garantit la libre circulation des personnes, des biens, des services et des capitaux entre ses États membres.

Lire aussi :

Selon les dispositions du Traité, la libre circulation des personnes signifie que tout ressortissant de l’Union a le droit de se déplacer librement d’un Etat Membre à un autre sans entrave aucune. Cela se traduit également par le droit de résidence, le droit d’établissement et la libre prestation de services. Le Mali, le Niger et le Burkina Faso restent membres de l’UEMOA, donc leurs ressortissants sont bénéficiaires des dispositions du traité.

Par ailleurs, il ne faudrait pas occulter la politique de certains Etats de la CEDEAO qui ouvrent leur pays aux Africains sans un protocole de visa ou avec un visa gratuit. Ce qui pourrait permettre l’entrée sans gène des ressortissants de l’AES dans la CEDEAO si une décision d’obtention de visa venait à se prendre au sein de cette dernière organisation.

A huit clos

Photo de famille à l’ouverture du sommet à Abuja

Ouverte avec deux heures de retard, la conférence des Chefs d’Etat et de gouvernements de la CEDEAO a été précédé d’un huit clos – ce n’est pas habituel. Les Chefs d’Etat se sont enfermés deux heures environ surement pour harmoniser les points de vue sur l’AES avant le démarrage de la conférence. Des sources affirment que pendant certains ont la dent dure contre les trois militaires à la tête des Etats du Sahel, d’autres pensent qu’il faut débarrasser la CEDEAO des clichés   l’accusent d’être à la solde de puissances étrangères, donc des propos souverainistes.

Le président du Nigeria, Bola TINUBU, a été reconduit à la tête de l’organisation et, pour donner un nouveau souffle à l’organisation, un sommet spécial baptisé « Sommet sur le futur » sera bientôt organisé.

Raoul HOUNSOUNOU

COMMUNIQUE FINAL DU SOMMET DE LA CEDEAO

5 Commentaires

  1. C’est vraiment corrompu cette décision de la CEDEAO une décision dictée par des étrangers.
    Nous sommes ressortissants de l’AES et fiers de l’être et nous assumons peu importe les conséquences si réellement nous obtiendrons notre véritable indépendance mais rappeler une chose si les dirigeants de la communauté continuent à appliquer ce que les occidentaux les oblige à faire ils finiront un jour avec un ou deux pays dans la communauté si non la disparition de la CEDEAO.
    Aujourd’hui un français peut se rendre librement en Côte d’Ivoire ou Sénégal ou Nigéria mais non à un frère un cousin Nigerien Malien ou Burkinabé de se rendre chez son voisin que par le biais d’un visa et un passeport dommage vraiment vous dirigez des pays mais vous réfléchissez comme des sauvages

    • C’est pourquoi ont vous demand rester dans la cedeao pour qu’il ya pas visa et discuter de nos différents ensemble. cest en famille que se lavé le linge salle

    • Donc la décision de quitter la CEDEAO est dictée par quelqu’un aussi soyez honnête un jour arrêté d’échanger le chiot par le chatons tout ira mieux

  2. Donc la décision de quitter la CEDEAO est dictée par quelqu’un aussi soyez honnête un jour arrêté d’échanger le chiot par le chatons tout ira mieux

  3. La menace des 3 pays a eu le mérite de réveiller la CEDEAO afin de faire des réformes profondes. Pour le reste, ils sont libres de quitter l’institution sous régionale et prendre leur destin entre leurs mains. J’ espère la réussite de AES. Seulement, il faut arrêter les arrestations arbitraires et instaurer une vraie démocratie. Les militaires doivent créer les conditions d’une meilleure vie des populations et organiser des élections au lieu de gagner du temps et prolonger indéfiniment la transition. Bonne chance à AES!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici