Burkina Faso : Nouvel élan pour la création d’entreprises avec l’appui de la BAD

0
5

Vues : 2

Le Projet d’appui à la transformation de l’économie et à la création de l’emploi (PATECE) mis en œuvre depuis 2015 au Burkina Faso a contribué à la création de nouvelles entreprises et assuré la formation de nombreux apprentis dans les centres professionnels. L’information a été officialisée à travers un rapport de la Banque Africaine de Développement.

Lancé il y a six ans, le PATECE, prorogé jusqu’à la fin du mois d’octobre 2021, progresse de façon notable vers l’atteinte de toutes ses cibles. En fin 2020, 15 643 nouvelles entreprises étaient enregistrées (objectif révisé à 16 000 en 2021).  Les exportations du pays représentaient 30,8% du produit intérieur brut, le nombre d’unités de transformation de produits à haute valeur ajoutée nouvellement créées s’élevait à 203 (pour un objectif de 210) et près de 4 546 apprentis (dont un quart de femmes) ont été formés dans les centres professionnels (objectif de 4 700).

D’un financement de 14,3 millions de dollars américains grâce à un don du Fonds africain de développement, le guichet de financement concessionnel du Groupe de la Banque africaine de développement a permis le développement du secteur privé pour une croissance inclusive et génératrice d’emplois durables, selon les conclusions du rapport de la Banque sur l’état d’exécution et sur les résultats du projet. « Au total, les taux de réalisation des différents indicateurs vont de 91,34% à 100% », précise le rapport.

Lire aussi :

Les principales institutions burkinabè de promotion du secteur privé ont bénéficié du projet. Il s’agit notamment de l’Agence pour la promotion des exportations, l’Agence burkinabè de normalisation, de la métrologie et de la qualité, l’Agence de financement et de promotion des petites et moyennes entreprises, le Centre d’évaluation et de formation professionnelle de Ouagadougou, l’Institut de recherche en sciences appliquées et technologies, et le ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat.

Marlène ZOMAHOUN

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here