Burkina Faso : 425 milliards de F CFA investis dans l’achat des produits locaux en trois ans

0
119

Vues : 0

Relever le défi du développement industriel des agropoles en vue d’accroître la résilience économique nationale au Burkina-Faso, tel est l’objectif de la session ordinaire du Comité national de pilotage des pôles de croissance (CNPPC), tenu vendredi 09 juillet 2021 à Ouagadougou.

Le gouvernement burkinabais fait de la promotion des pôles de croissance une réalité. Placée sous le thème : « Relever le défi du développement industriel des agropoles en vue d’accroître la résilience économique nationale », la session ordinaire du Comité national de pilotage des pôles de croissance (CNPPC), s’est tenue vendredi 09 juillet 2021 à Ouagadougou.

Au cours de cette session, le ministre du commerce, de l’industrie et de l’artisanat, Harouna Kaboré, a révélé qu’en trois ans, le gouvernement a investi près de 425 milliards de F CFA dans l’achat des produits locaux. Une situation qui de son point de vue devrait pousser l’ensemble des acteurs, à travailler afin de valoriser les chaînes de valeur. Elles vont de la production des matières premières, à l’industrialisation et la commercialisation. Ce qui, pour lui, constitue un facteur positif pour l’amélioration du développement industriel.

Lire aussi :

Cette rencontre des acteurs du secteur a permis au comité d’apprécier, le processus de maturation des pôles de croissance en exécution ou en préparation. Il s’agit notamment de ceux de Bagré, de l’Est, du Sahel, les agropoles du Sourou et de Samendeni, sans oublier la grappe huilerie de Bobo-Dioulasso, le technopôle pharmaceutique de Kokologho et les « zones économiques spéciales » de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso. La session a également permis d’analyser les défis, les enjeux et les contraintes de la mise en place des Zones d’activité industrielles (ZAI) et d’examiner les perspectives en matière de promotion des pôles de croissance sur la période 2021-2023.

Dans les détails fournis par le ministère, il est à noter que les agropoles de Bagré, Samendeni et Sourou, intègrent dans leur conception des zones de production agro-sylvo-pastorales, halieutiques et fauniques de transformation de la production. Par ailleurs, la session a contribué à la prise des résolutions et la formulation des recommandations pour une meilleurs prise en compte du secteur.

Ronie Floride AGAMMA

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here