Burkina-Faso : 145 milliards de F CFA de la Banque Mondiale pour ériger un corridor dit intelligent

0
441

Vues : 10

La Banque mondiale a octroyé au gouvernement burkinabè un financement d’environ 145 milliards de F CFA pour l’amélioration de la résilience des populations et de la qualité du transport le long du corridor Lomé-Ouagadougou-Niamey. La signature de l’accord de financement a eu lieu mercredi 29 septembre 2021 à Ouagadougou.

Le Projet régional sur le corridor économique Lomé-Ouagadougou-Niamey du gouvernement burkinabé a bénéficié d’un financement de 145 milliards de F CFA de la Banque mondiale (BM). La signature de l’accord de financement a eu lieu mercredi 29 septembre 2021 en présence des autorités ministérielles et de la représentante résidente de la Banque mondiale, Maïmouna Mbow FAM.

Composé d’un don de 72,5 milliards de F CFA et d’un crédit de 72,5 milliards de F CFA, cet accord de financement permettra la mise en œuvre du Projet régional sur le corridor économique Lomé-Ouagadougou-Niamey. L’initiative vise essentiellement à faciliter le transport, à réduire les coûts et délais d’acheminement des marchandises en provenance et à destination du Burkina Faso, du Niger et du Togo.

A en croire Maïmouna Mbow FAM, la réalisation du projet au Burkina Faso, consistera, entre autres, en la mise en œuvre d’un ‘’corridor dit intelligent’’ piloté par le déploiement d’un système intégré d’information sur les transports, la construction d’infrastructures communautaires afin d’améliorer la résilience des populations. Etant un pays de transit, le projet permettra également l’amélioration des installations de passage des frontières, des routes de desserte avec la réhabilitation de la route nationale N°7 et régionale N°06ainsi que les processus et procédures de transit aux niveaux des frontières entre le Burkina Faso, les deux autres pays.

Lire aussi :

Se félicitant de la signature de cet accord de financement, les autorités burkinabaises s’assurent du bien fondé du projet pour le Togo, le Burkina Faso et la Niger afin de construire une économie de transport plus forte à travers à travers la facilitation des services de transport, la réduction des coûts de transport le long du corridor et le temps mis pour approvisionner les pays concernés.

Ronie Floride AGAMMA

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here