Assainissement Pluvial de Cotonou : un programme de 263,55 milliards de FCFA lancé

Au Bénin, les travaux du Programme d’Assainissement Pluvial de Cotonou (PAPC), ont été lancé jeudi 21 avril dernier par, le ministre du Cadre de Vie et du Développement Durable, José Tonato. Le projet dans son ensemble, vise à réduire de façon considérable les inondations dans la ville et favoriser la réalisation d’infrastructures socio-économiques durables.

Les populations de la ville de Cotonou peuvent désormais dire, dieu aux inondations. La phase opérationnelle du Programme d’Assainissement Pluvial de Cotonou (PAPC) a été lancée jeudi dernier par le ministre du Cadre de Vie et du Développement Durable, José Tonato.

D’un coût global de 401,78 millions d’euros, soit 263,55 milliards de FCFA, le PAPC, vise à permettre la construction de 46km de collecteurs primaires ; de 90 km de collecteurs secondaires et de caniveaux latéraux de rue; l’aménagement de 7 bassins de rétention et le pavage de 49km de rues. Le projet s’assurera également de l’acquisition d’équipements pour la collecte de déchets solides; la reconstruction et l’équipement de l’école des sourds et de l’école primaire publique de Vêdoko 2 ainsi que celle du laboratoire type du centre de santé communautaire.

Lire aussi:

« Le PAPC dont nous lançons les travaux ce jour est un projet fondamentalement social parce qu’il améliore de façon définitive et durable le cadre de vie des quartiers populaires, des quartiers périphériques et de l’ensemble des populations de la ville de Cotonou », a indiqué le ministre José Tonato.

Dans le temps, le programme va réduire considérablement la vulnérabilité de la ville de Cotonou face aux inondations et contribuer à la création de 4000 emplois directs, 16.000 emplois indirects avec un million de personnes directement impactés. L’objectif global du PAPC est d’aboutir à l’assainissement complet du grand Nokoué.

A noter que le PAPC a reçu un soutien financier de la part des Partenaires Techniques et Financiers engagés dans son exécution dont 89,1 millions d’euros de la Banque Mondiale, 50 millions d’euros de la Banque Européenne d’investissement et 40 millions d’euros de l’Agence Française de Développement.

Ronie Floride AGAMMA

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here