Arsène DANSOU DG CAA au sujet de la dette publique du Bénin : « l’intérêt des investisseurs provient de l’amélioration de sa crédibilité financière »

0
167

Vues : 9

La dette souveraine du Bénin, reste un sujet qui défraie la chronique avec des interprétations diverses. Comment fonctionne le marché ? Pourquoi un recours à la dette ? La soutenabilité de la dette du Bénin ? A quoi sert-elle ? Autant de questions auxquelles répond Arsène DANSOU Directeur général de la Caisse Autonome d’Amortissement (CAA), l’organe de Gestion de la dette publique, sous tutelle du Ministère de l’Économie et des Finances du Bénin. Une interview réalisée pour La Tendance la webzine de UMOA-Titres

Le Bénin fait figure de bon élève sur le Marché des Titres Publics (MTP) par rapport à la gestion de sa dette. Quels sont les facteurs de cette prouesse ?

Les résultats appréciables du Bénin sont le fruit de plusieurs réformes courageuses mises en œuvre par le Gouvernement du Président Patrice Talon depuis son avènement au pouvoir en 2016.En ce qui concerne la dette publique, plusieurs axes majeurs ont été tracés pour une gestion efficiente et transparente. Il s’agit de : 

  • la mise en œuvre rigoureuse des directives en matière de gestion de la dette publique édictée par l’UEMOA (sur le plan régional) et la Banque Mondiale et le FMI (sur le plan international) ; 
  • une proactivité dans la gestion de la dette publique à travers un suivi constant des évolutions des marchés financiers tant régionaux qu’internationaux afin de saisir les opportunités de financements au profit des projets de développement en cours dans le pays ; 
  • l’utilisation de mécanismes innovant dans la structuration des financements ;
  • la diversification des sources de financement à travers l’élargissement de la base des investisseurs nationaux, régionaux et internationaux ;
  • un suivi rigoureux de l’exposition aux risques de marché (risque de change et de taux d’intérêt) ; 
  • la transparence dans la diffusion des statistiques de la dette ;
  • la notation régulière depuis 2017 du risque crédit du Bénin par des agences de notation financières de renommées internationale et régionale.

Qu’est-ce qui attire les investisseurs au Bénin ?

L’intérêt affiché des investisseurs par rapport au Bénin provient de l’amélioration de la crédibilité financière du pays. 

En avril 2017, afin de soutenir son ambitieux programme de réformes et la mise en œuvre du Programme d’Actions du Gouvernement (PAG), le Bénin a fait le choix volontaire de conclure un programme avec le Fonds Monétaire Internationale (FMI). Ce programme, au titre de la Facilité Élargie de Crédit (FEC) a été mis en œuvre au cours du triennal 2017-2020 et a connu 6 revues d’exécution. Le FMI a décerné un satisfécit au Bénin pour la qualité de la mise en œuvre du programme à travers les performances très positives  enregistrées au niveau de tous les critères (critères de performance quantitatif, critères continus, et repères structurels) durant le programme. 

Par ailleurs, depuis 2017, le Bénin procède à sa notation financière régulière par les agences de notations de renommé régionale (WARA et Bloomfield) ainsi qu’au plan international (Standards and Poor’s, Fitch). La dernière notation en date (octobre 2020) par l’agence S&P a confirmé la note B+ avec « perspective stable » attribué au Bénin depuis plusieurs revue malgré le contexte global marqué par la crise induite par la pandémie de la COVID-19. Ce maintien de la notation du Bénin par S&P confirme la résilience de l’économie béninoise face aux chocs externes et la bonne gestion de la crise liée à la pandémie.

En plus de cela il faut noter un point majeur qui rassure tout investisseur :

Le très bon usage des ressources collectées sur les divers marchés par le Bénin. En effet, les réalisations visibles sur toute l’étendue du territoire Béninois confortent les chiffres et agrégats économiques affichés par les divers évaluateurs de la santé financière du Bénin.

Ces dernières années le Bénin, à l’instar des autres pays de l’UEMOA, est fréquent sur le Marché des Titres Publics. Qu’est-ce qui explique cet engouement ?

Les interventions du Bénin sur le Marché des Titres Publics s’intègrent dans notre stratégie de mobilisation des ressources en vue de la réalisation des projets de développement. Ces interventions visent également le développement des activités de marchés financiers dans l’espace UEMOA. De même, le recours régulier à ce marché permet de contribuer in fine à l’approfondissement du marché secondaire régional devant aboutir à l’éclosion du marché tertiaire, à l’instar de la pratique dans les économies des pays développés ou émergents.

Pouvons-nous dire que le MTP contribue au financement des projets de développement du Bénin ?

Tout à fait. Les mobilisations faites par le Bénin sur le marché régional interviennent dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie d’endettement et en particulier pour la réalisation de projets structurant et de développement initiés par le Gouvernement. En effet, chaque intention de mobilisation est précédée par la préparation et la présentation d’une note synthétique aux investisseurs, qui retrace les projets pour lesquels les financements sont mobilisés. Ainsi les investisseurs savent exactement à quel niveau ils contribuent au développement du pays émetteur.

La dette du Bénin est-elle soutenable ?

Absolument, La dette publique du Bénin à ce jour est soutenable et le Bénin fait partie des pays dont le risque de surendettement est dit « modéré »,ce  qui constitue la deuxième meilleure classification juste après les pays dit à  risque faible. La soutenabilité et la viabilité de la dette publique du Bénin sont attestées par les diverses Analyses de Viabilités de la Dette, conduites périodiquement et conjointement avec le FMI ainsi que les organes habilités de l’UEMOA, toutes choses confirmées par les évaluations indépendantes des agences de notations. 

En termes de service de la dette, le Bénin fait figure aussi d’exemple. Quel est votre secret ? Pensez-vous que c’est le résultat de la gouvernance actuelle ?

Le secret réside dans notre mécanisme de suivi et du traitement des échéances de la dette. En effet, les travaux de remboursement de la dette démarrent au moins 30 jours avant la tombée de l’échéance. Cela nous permet de tenir dans les délais. Le respect des échéances de la dette fait partie des engagements pris par le Bénin vis-à-vis des investisseurs et entre en ligne de compte dans la notation financière du pays et des indicateurs de mise en œuvre du programme avec le FMI. Il convient de préciser que c’est sous l’impulsion du Ministre de l’Economie et des Finances que cette rigueur a été implémentée et il en fait un suivi continu à travers un tableau de bord.

Comment appréciez-vous l’évolution du marché de la dette dans l’espace ?

L’évolution du marché de la dette dans l’espace UEMOA peut être estimée suivant le volume des transactions enregistrées. L’amélioration continue des conditions de financement et de l’attractivité des pays de la zone UEMOA, devrait permettre au Marché des Titres Publics de se développer davantage et de constituer une place financière de choix pour les pays en termes de mobilisation des ressources de financement, en comparaison avec les marchés à l’échelle internationale.

L’agence UMOA-Titres ainsi que les acteurs clés devrait poursuivre la dynamique de sensibilisation et de modernisation pour aller vers des opérations de maturités encore plus longues nécessaires à des investissements avec plus d’impacts sur nos économies.

Réalisation : La Tendance

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here