Transports : Quitter Bamako par vol relève d’un miracle

(Aéroport de Bamako)- Difficile de quitter Bamako par avion. A L’aéroport international Modibo KEÏTA de Bamako, au Mali, on assiste depuis quelques jours à des annulations et modifications des vols. Et pour cause ? Une pénurie de kérosène (Jet A1).

Ce n’est plus l’ambiance ordinaire à l’aéroport de Bamako. Les passagers pour des voyages professionnels ou personnels, les entreprises qui utilisent le fret aérien pour leurs marchandises sont désabusés. Ils ne cachent leurs mécontentements et ne savent pas à quel saint se vouer. Ils ont été informés par les compagnies de l’annulation ou de la modification des vols.  Les travailleurs désœuvrés et certains appareils cloués au sol… Royal Air Maroc, Turkish Airlines, Ethiopian Airlines, ASKY…les compagnies sont prises de court. Ces opérateurs sont contraints d’annuler leurs vols, d’ajouter une escale technique à leurs trajets ou d’adapter leur capacité d’emport.

Par une note du Colonel Yaya TRAORE Directeur général de l’Agence nationale de l’aviation civile (ANAC) en date du 08 juillet 2024, la situation sur cette plateforme logistique a été justifié par la « non- disponibilité du carburant ». Cette pénurie impacte le transport de la période du mardi 09 juillet au lundi 15 juillet 2024.

Lire aussi :

Du ministère malien des Transports et  de l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA), aucune source officielle n’explique s’il s’agit de problèmes de gestion des stocks, de planification ou pas. Mais les coulisses évoquent essentiellement de questions de gouvernance liées au transport et à la logistique.

Des indiscrétions de l’ANAC affirment que l’insécurité liée au terrorisme est la cause de la pénuerie de carburant. En fait, des ports des pays de la côte à Bamako, les convois de kérosène font 05 jours de route. Mais avec la situation sécuritaire, l’acheminement se fait sous escorte militaire et dure environ deux semaines. Lire ci dessous la note de l’ANAC

Younouss SIDIBE

LA NOTE DE L’ANAC

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici