1er producteur africain de coton : voici les secrets de la prouesse béninoise

Le Bénin se positionne en tête de peloton des pays producteurs de l’or blanc en Afrique. Il a déclassé le Mali grâce aux initiatives prises en amont pour asseoir la filière. Son secret : des ajustements suivis de la traçabilité des graines et un meilleur accompagnement des cotonculteurs et des industries.

Ce succès historique, du quatrième producteur africain de coton en 2016 au numéro un des producteurs de l’or blanc en Afrique, s’est fait en amont. Il s’est agi d’une part, pour le gouvernement d’assurer des conditions d’exonération fiscale attractives parallèlement à la garantie de conditions énergétiques correctes aux potentiels investisseurs. Et d’autre part un effort spécifique sur la traçabilité de la chaîne de production des vêtements et des filatures des unités de production textile à la zone industrielle de Glo-Djigbé.

Le premier ajustement opéré par le gouvernement Talon dans le secteur est la rétrocession de la gestion du coton aux spécialistes privés. Ceci s’est fait à travers la remise en vigueur de l’accord-cadre entre le gouvernement et l’Association Interprofessionnelle du Coton (AIC). Ce pas fait, a permis aux responsables de l’AIC (composé des producteurs et égreneurs) de se mouvoir. Le résultat ne s’est pas fait attendre. En 2017, le pays bat son propre record de coton produit (451 209 tonnes). Ainsi débuta les performances dès la reprise en main du coton par l’Interprofession.

Lire ci dessous:

En outre, l’organisation professionnelle du coton a également veillé à la satisfaction des exigences des producteurs de coton (encadrement, réfection de certaines pistes, homologation du prix de cession des intrants et du prix d’achat du coton graine aux producteurs). Pour le ministre Gaston DOSSOUHOUI, il s’agit de la mode à disposition de bonnes qualités d’intrants : « Nous avons fait des choix qui, en termes de fibre, de poids capsulaire, de qualité, de blancheur, de longueur et de ténacité de la soie, donnent de bonnes performances que les égreneurs, les filateurs aussi ont apprécié ».

Téléchargez notre application dans PlayStore

De 612 500 tonnes à 832 500 tonnes au titre de la campagne 2021-2022, les acteurs de la filière coton se donnent pour objectif d’atteindre une production record d’un million de tonnes de coton graine au cours des campagnes 2023-2024. Chose à laquelle le ministre DOSSOUHOUI répond par l’optimiste :  « Nous n’avons pas la plus grande emblavure en matière de production de coton, mais nous avons les meilleures technologies, une meilleure approche de suivi de nos plantations de coton ».

Sandric DIKPE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here